Lettre d’amour de jeunesse…

Ambiance musicale du billet, cliquez ici.

La vie est étrange, et c’est souvent quand on s’y attend le moins que se passent les rencontres les plus impromptues qui soient…

Cette semaine, au détour d’une librairie, j’ai rencontré une demoiselle qui fut un de mes plus beaux amours de jeunesse (bien avant Eva Mendes et un peu après Naomi Campbell).

À la recherche d’un énième bouquin sur l’amour, je flânais à travers les différents ouvrages, laissant divaguer mon esprit au fil des titres et des illustrations qui se dressaient devant moi.
Une demoiselle interrompit mon voyage ; je la voyais gigoter pour obtenir son bouquin qui se trouvait dans les hauteurs du rayon… Chevalier servant oblige (et sans aucune arrière pensée), je courus à son secours, tendis mon bras et offris le sésame tant désiré à la demoiselle quand je fus frappé…
Frappé non pas par la pile de livres que j’avais fait tombé par inadvertance dans mon empressement, non, mais bien par son visage, un visage plein de douceur et si familier à mon cœur… Cette fille je la connaissais, je l’avais déjà vue, c’était…
« Chroniques, collège Anne Franck, 5ème C, tu as changé mais ta bouille reste la même, toujours ce grand smille qui donne du bonheur ! »
Comment aurais-je pu l’oublier ? Cette demoiselle venait de me replonger dans une des plus belles époques de ma jeunesse (pas parce que j’avais des cheveux et que j’avais des reebok pump), j’avais devant moi la fille qui avait marqué mon cœur par l’affection qu’elle lui avait apporté…

Je restai avec un sourire béat pendant quelques minutes, elle éclata de rire et me dit :

« tu n’as pas changé toujours dans la lune, tu as le temps pour un café, ou tu préfères discuter entre deux livres ? ».

Sur la route, elle m’expliqua son parcours scolaire, sa passion pour le marketing et la communication, ses nombreux voyages et sa volonté de développer des business dans les pays en voie de développement (bon le café était à deux minutes mais on a marché longtemps).

Moi je ne disais rien, j’écoutais ou plutôt je buvais ses paroles, plein d’admiration devant ce parcours qui forçait le respect face à toute la passion qu’elle dégageait.

À la lecture de ces lignes, j’imagine que vous vous dites que j’étais retombé amoureux, NON DU TOUT, bon ben peut-être un peu mais je n’appelle pas ça de l’amour, plutôt de la nostalgie …
Nous avons parlé encore longuement ; elle me raconta sa vie affective digne d’un conte de fées… Son gars, un métisse genre Shemar Moore parlant dix langues, psychologue et plutôt bon au basket… #tupeuxpastest.
Je voyais les étoiles dans ses yeux quand elle me parlait de lui, c’était beau, j’avais l’impression d’être dans un film, il ne me manquait que les pop corn…

Le temps passait, et passait, et passait… Bref, ça dura longtemps, son téléphone sonna, son petit ami était venu la chercher, elle se prépara, me fit la bise et s’en alla… Puis elle revint sur ses pas, me regarda dans les yeux et me dit avec une voix pleine de douceur :

« Les jours passent et les nuit se succèdent mais je reste pensif 

Ton absence laisse mon cœur dans le tourment comme une vague face à un récif 

Je ne peux de toi me passer, je ne peux t’oublier, je ne peux arrêter d’y penser

Tu as marqué ma vie pour un bout de temps et mon cœur pour l’éternité »

 

Je pense que je n’oublierai jamais cette lettre que tu m’as écrite, je l’ai gardé, car elle m’a profondément touchée, les années ont passé mais le message est resté gravé… tu as été le premier à toucher mon cœur et ça je ne l’oublierai jamais. 
Je restai sans mot, une larme coula sur mon visage, ( il y avait surement un courant d’air au même moment)  ou peut être dois je juste avouer que c’était une larme pleine d’affection.

Elle m’essuya le visage avec attention, esquissa un sourire et un regard plein de tendresse. Je sus juste la remercier, complètement déstabilisé… comme quoi une lettre de jeunesse peut parfois encore vous faire rêver.

Source de l’image : pinterest.com

The following two tabs change content below.

Chronique

Ex jeune célibataire... oh grand plaisir de ma mère L'amour n'en reste pas moins mon sujet de prédilection... Un sujet drôle, intense et complexe souvent teinté de passion Offrant des fous rires , occupant souvent nos pensées et laissant place à de nombreuses réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.