La première impression n’est pas toujours la bonne …

Ambiance musicale du billet très très nu-soul (cliquez ici)

J’adore ma ville mais j’aime quand mon travail me permet de faire des escapades dans d’autres villes et notamment dans la capitale, symbole du romantisme et de la beauté française …#nonnonjenesuispaschauvin
Ces voyages me permettent de travailler dur #aucasoùmoncheflitmontexte mais aussi après une journée harassante de me détendre dans le folklore des sorties mondaines parisiennes. Grand amateur de soul, je me réjouissais jeudi de pouvoir assister à une soirée au sein du blizz’art temple de la soul …

Accompagné de mes ami(e)s parisiens, je m’apprêtais à ré-écouter des classiques nu soul et à passer une soirée douce pour mes oreilles et agréable pour mes yeux #onvapassementir.

Arrivée à 21h00, j’entre dans l’antre de la soul, bercé par une reprise de Glenn Lewis, je me faufile au sein de l’établissement déjà rempli de mélomanes (et woman), André frère de soul et hôte de la soirée nous invite à rejoindre sa table et faire connaissance avec ses ami(e)s.

Les présentations se font, les discussions s’enchaînent dans un cadre détendu ambiance after work  comme on les aime.
22h00, les gens sont à l’aise, commencent à être dans l’ambiance et les premiers pas de danse se lancent, très posés, personne ne s’enflamme #pasdedanseducotontige… les gens appréciant chacun à leur manière la vibe de la soirée.

Lors des présentations et des discussions avec les ami(e)s je m’arrêtai sur Jill, une artiste, demoiselle pétillante, drôle, pleine de vie au parcours de vie incroyable et en plus de ça plutôt mignonne…

Nous prenions plaisir à échanger, partageant nos expériences à l’international, passant de sujets très sérieux à de simples jeux dignes des plus grands enfants (quand tu t’amuses à chercher la ressemblance improbable entre les personnes dans la boîte et des stars, tu sais que tu es un gamin…#maisc’esttropdrôle). Bref un bon moment, aucune phase de séduction, juste un bon moment passé entre deux adultes consentants.

Mais ce qui arriva juste après changea le cours de la soirée ou du moins de mon esprit … je m’explique ; effectuant une analyse qualitative et quantitative sur le potentiel masculin et féminin de l’endroit, Jill me fit une remarque qui bouleversa mon équilibre intérieur…

Jill : « lui il est mignon
Chroniques : ouais ça va il est correct
Jill : Il est à ton goût ?
Chroniques: Mon goût ? Je pense pas, j’aime d’autres saveurs si tu vois ce que je veux dire mais en tant que gars il est correct
Jill : Il n’est pas à ton goût, d’autres saveurs… tu préfères les blacks ou les chinois !

Chroniques : Les blacks et les chinois pas trop mais les blacks et les métisses
Jill : Les blacks genre John Caffe et métisse genre Shemar Moore
Chroniques : No no no je suis black plutôt Gabrielle union et métisse genre Sonia Rolland
Jill : Mais tu n’es pas gay ? »

Chroniques : sous le choc, s’arrête de danser, ne bouge plus…
Jill : «  j’étais persuadée que tu étais gay »
Chroniques : reprenant ses esprits «non, non je ne suis pas gay mais qu’est ce qui t’a laissé penser ça ? Mon style vestimentaire, ma manière de danser, nos discussions ?
Jill : no no juste certaines mimiques… mais c’est cool je t’aime bien quand même il n’y a pas de souci…
Chroniques : no no no  mais je ne suis pas gay j’adore les filles…
Jill jouant de la situation  : oui oui » (en pouffant de rire).

Première fois de ma vie qu’on me lançait ça, j’étais gay !
Avouez que ça fait un choc, je m’étais déjà pris de superbes vestes, j’avais essuyé des claques en public, mais alors le fait qu’on me dise que je sois gay, ça jamais…#brandnew

Non pas que j’ai quelque chose contre les gays, bien au contraire mais je ne le suis pas ; j’adore les filles (même un peu trop), j’avoue être un vrai métro sexuel mais de là à être gay quand même…
mes mimiques … les mêmes que tout le monde, inspiration de Will du prince du bel air, un peu de Carlton et de Steve Urkel en danse, un peu de tendresse à la John café et un peu d’humour à la Dave chapelle et thomas ngijol #lesbasiquesquoi saupoudrez ça avec un peu de charme à la Shemar Moore et ça donne moi #bonjavouejemensunpeu.
Alors pourquoi? Qu’est ce qui faisait gay ? La plupart des gay que je connais n’ont aucun signe distinctif et se fondent dans la masse créant la stupéfaction et le brisage de cœur de nombreuses demoiselles…C’était elle qui s’arrêtait sur des images ou des stéréotypes … je restai encore en réflexion. «Être célibataire c’est pas facile mais si en plus on me prend pour un gay, je vais avoir du mal à rencontrer la fille de mes rêves…»

Jill trouva la situation cocasse et me titilla toute la soirée après avec ça …  En fin de soirée, elle me dit qu’au départ c’était une boutade mais que comme elle avait vu que ça m’avait interloqué … elle s’en était amusée…
je soufflai, car je pouvais recommencer à croire à mon potentiel de séduction …(j’ai bien dit potentiel), nous passâmes le reste de la soirée ensemble profitant des rythmes nu soul back in the day …

Une bonne soirée que je finis comme je l’avais commencée, un bon moment sans attente et sans pression…
Juste avec en plus un doux sourire pour cette cocasse situation.

The following two tabs change content below.

Chronique

Ex jeune célibataire... oh grand plaisir de ma mère L'amour n'en reste pas moins mon sujet de prédilection... Un sujet drôle, intense et complexe souvent teinté de passion Offrant des fous rires , occupant souvent nos pensées et laissant place à de nombreuses réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.