La plus belle histoire de ma courte vie (part two)

Un samedi comme tous les autres, mes acolytes et moi-même allions répéter afin de remporter le disque de bronze (c’est celui qu’on peut espérer quand on est loin du disque de platine)… J’étais loin de me douter que cette répèt allait bouleverser ma vie et tout mon petit monde

Avant chaque répétition, nous avions l’habitude de rester devant le lieu musical pour parler et échanger sur nos vies respectives (vous remarquerez que je fais un effort sur la formulation des propos).
Djin DD
, comme tout bon noir qui se respecte était en retard, prétextant l’arrivée de membres de sa famille … et comme d’habitude, comme de bons amis, nous l’attendions…

Julie effectuait quelques vocalises, histoire de se chauffer la voix et mon frère et moi discutions du dernier son de Slum Village que mon frère avait trouvé, un certain «Raise it Up» (titre classé anthologique dans la albertsohn family et une chanson qui devint un hymne pour une grande partie de notre crew).
Soudain, une voiture rapide et furieuse rouge déboula, ressemblant à une Ferrari de loin
, je pu apercevoir, dû aux mouvements d’excitations à l’intérieur et au son légèrement au dessus de la moyenne, la silhouette de mister Djin DD…

Djinn se gara comme à son habitude à sa place habituelle, c’est à dire en plein milieu (histoire de faire une entrée remarquée et remarquable). Il s’extirpa (un black de 2m qui sort d’une Ford fiesta j’appelle ça s’extirper…)  de la voiture, courut vers nous, et s’en suivit une série de shake infinissables (le mot shake signifie un bonjour ghetto stylé enchainant un nombre incommensurable de mouvements dont seuls les auteurs connaissent le sens et la durée)

Il nous expliqua que sa cousine de Paris était arrivée et qu’elle l’avait accompagnée…

 BLACK OUT…

 C’est à ce moment précis que mes souvenirs se firent troubles, comme brouillés, plus moyen de me remémorer les paroles de la part de Djin DD, ni celles de mon frère, ni celles de quiconque d’ailleurs… un vide sonore assourdissant… J’étais là sans être là, mon attention sans que je ne le désire était portée sur autre chose… mes yeux étaient attirés de manière incontrôlée vers cette Ford rouge … pourquoi ? Qu’est ce qui pouvait à ce point me troubler et me priver de la plupart de mes sens ??

La porte côté passager s’ouvrit, et j’entrevis … une silhouette… la silhouette d’une demoiselle… aux courbures me donnant le vertige.
Sans que je ne sache pourquoi ni comment
, mon cœur passa à un rythme cardiaque incompréhensible pour le commun des mortels… me donnant l’impression qu’à tout moment il pouvait lâcher tant la cadence me paraissait démesurée… Paradoxe de la situation, mon cœur s’emballait et le temps décélérait, un slow motion, dont la magie de l’instant ne faisait qu’amplifier la beauté du moment…

Je ne sais à quoi ressemble le paradis mais je souhaite qu’il soit semblable à ce que j’ai éprouvé lorsque son regard a croisé le mien.
Une décharge d’émotions amenant mon c
œur à une surconsommation d’affection …Une sorte de connexion, un lien étrange, invisible mais puissant, qui nous unissait de manière naturelle et logique…

Sans que je ne sache rien d’elle, je la connaissais, aucun mot, aucune explication, mais je n’avais pas besoin de savoir…le bienêtre qu’elle m’apportait suffisait à envoyer mon être vers un univers dont j’avais omis l’existence…Traversant le bonheur, dépassant le paradis, mon cœur voguait, inerte, sur une constellation de délectation et de volupté.
Mon c
œur vivait, mon corps inerte se laissait guider …
Aucune logique,
aucune connaissance, aucun lien et pourtant une conviction profonde quasi inébranlable … C’était ELLE.

Les actes, les paroles que nous avons eu par la suite, ne firent que confirmer mes dires ressentis auparavant, une certitude présente dès la première seconde …

Pas besoin de patronyme, ni de description physique plus succincte, cela n’aurait que peu d’intérêt. Le choc affectif et l’incompréhensible sentiment produit sur mon cœur suffisent à comprendre la force de l’évènement.

La suite fut personnelle car le coup de foudre n’est qu’une grosse étincelle, et l’amour se travaille tous les jours afin d’alimenter un feu qui n’a pas la vocation d’être éternelle.

La foudre prend la route qu’on veut bien lui donner et c’est par son implication et ses efforts qu’on est capable de la guider.

Dans ma vie, j’ai pu être la victime d’un coup de foudre, une décharge de sentiments qui a pour but de chambouler votre vie, votre façon de penser, de voir les choses, d’aimer…

Mais je suis heureux car dans ma vie, j’ai pu être l’acteur d’un  phénomène inexpliqué
où seul ceux qui l’ont vécu peuvent savoir que le choc place l’amour à un autre palier.

Je dédicace ce texte à la jeune fille qui m’ a fait découvrir ce sentiment, merci pour ce que tu m’as fait découvrir et vivre, je te souhaite tout le bonheur du monde où que tu sois dans ce monde…

The following two tabs change content below.

Chronique

Ex jeune célibataire... oh grand plaisir de ma mère L'amour n'en reste pas moins mon sujet de prédilection... Un sujet drôle, intense et complexe souvent teinté de passion Offrant des fous rires , occupant souvent nos pensées et laissant place à de nombreuses réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.