LA FELLATION

Qu’est ce qui vous interroge sur la dénommée « pipe » ? Pour celles qui aiment la question essentielle est : « Comment faire la meilleure fellation ? » Pour celles qui aiment moins, voire peu, ou pas du tout c’est : « Comment lui faire la meilleure fellation… malgré tout ? » Pour ceux qui aiment, ce qui les turlupine c’est : « Comment lui expliquer ce que j’aime pour avoir la meilleure fellation possible ? » Pour ceux qui aiment moins : « Comment lui expliquer ce que je préfère… malgré tout ? »

Bref, on se répète ! La majorité des questions en lien avec cette pratique sexuelle concernent la technique elle-même. Sans chercher à vous donner LA façon de faire, voici, par points, ce qui peut vous permettre d’érotiser ce préliminaire. La règle la plus importante restant de communiquer sur vos envies et vos limites respectives, et d’expérimenter !

Une fellation est un acte d’amour qui refuse les gestes mécaniques et la monotonie.

Un homme apprécie souvent que l’on varie les caresses. Aspirer plus ou moins fort, lécher le gland, s’attarder ensuite sur le frein ou encore frotter doucement le pénis contre le palais ou la joue, sont autant de variations plus ou moins appréciées qui permettent de jouer avec toute la sensibilité du sexe masculin. Les plus aventureuses oseront le chaud ou encore le froid, grâce à un liquide quelconque.

Le pénis possède des terminaisons nerveuses qui peuvent le rendre plus ou moins sensible.

Etre douce et tendre avec le sexe de votre partenaire reste le meilleur moyen de donner du plaisir à votre homme si vous n’osez pas ou ne voulez pas innover.

Souvent les dents sont peu appréciées mais là encore, tout dépend de ce qu’il recherche comme sensations. Idem pour les aspirations fortes ou les mouvements très appuyés ou très rapides…

Arrêtez-vous au bon moment pour éviter la frustration. L’homme, juste avant l’éjaculation, montre des signes spécifiques : il se crispe, se tend, sa respiration s’accélère, il peut gémir, son pénis durcit au maximum et ses testicules remontent. Alors quand le premier jet de sperme jaillit, évitez de cesser brusquement la fellation. Attendez que votre partenaire ait terminé d’éjaculer. Si le contact avec le sperme n’est pas à votre goût, établissez un code verbal ou non-verbal qui puisse vous permettre de continuer uniquement par masturbation. Après l’éjaculation, le gland devient très sensible et toute stimulation supplémentaire peut s’avérer insupportable.

De nombreux hommes l’affirment : les meilleures fellations sont prodiguées par des femmes qui aiment les faire. 

N’hésitez pas à lui montrer à quel point cela vous excite si c’est le cas !  Dites-lui par moment à quel point son sexe vous plaît et combien vous avez envie de le prendre en main, en bouche. L’« eye-contact » peut faire monter un peu plus son excitation, n’oubliez pas que les hommes sont surtout des « visuels ».

Pensez à stimuler les testicules ! Nombreux sont ceux qui apprécient cette caresse.Avec la main ou la langue, avec plus ou moins de légèreté, toujours selon ce qui lui plaît évidemment. Des coups de langue, des aspirations ou un toucher plus ou moins appuyé des bourses jusqu’au périnée (la zone située entre l’anus et les testicules) peuvent également accélérer la diffusion de son bien-être.

Prenez votre temps, embrassez-le sur le ventre, sur les cuisses, dans le pli de l’aine et ce, avant de le lécher tout doucement au niveau du gland, de la hampe et, pourquoi pas, des testicules. Libre à vous de faire durer le plaisir en fonction des réactions qu’il aura. Vous réussirez à repérer à quel moment l’excitation devient plus forte ou l’éjaculation imminente et pourrez ralentir la cadence pour apporter un peu de fluidité.

Source de l’image : pinterest.com

 

The following two tabs change content below.
Après m'être passionnée pour la Sociologie, notamment pour les questions d'orientations et d'identités sexuelles (LGBT), j'ai poussé ma curiosité jusqu'en Master de Conseiller-Médiateur en Genre et Sexualité. Afin de parfaire mes recherches, j'ai ensuite obtenu mon D.U. de Sexologie et Santé Publique. Depuis l'ouverture de mon cabinet et en quête d'une vision humaniste et d'occurrence scientifique, je me suis dirigée vers le Sexocorporel et la fonction de praticien en psychothérapie. Je suis également formatrice en éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle (IREPS, CHU), et chroniqueuse sexo dans le bimestriel « Sensuelle ».

Derniers articles parMilene Leroy (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.