Juste avant la fin du monde, l’homme malade…

Ambiance musicale du billet cliquez ici

Il y a des points sur lesquels l’homme et la femme sont différents, je ne vous parle pas juste de la différence de sexe, ou de la longueur des cheveux…

non je vous parle de véritables différences enfin surtout d’une … la manière dont on est malade…
Je ne parle pas d’une maladie grave rassurez-vous, je vous parle ici de la maladie bénigne (rhume, bronchite,  grippe, etc…) qui selon le sexe dans le couple prend une ampleur considérable …

Les filles lorsqu’elles sont malades peuvent être plus facilement irritables, vont plus facilement faire des reproches ou auront tout simplement des regards qui vous feront comprendre que si vous avez faim vous allez devoir vous faire à manger au risque de voir votre copine ou votre amie se transformer en super guerrière niveau 3 avec les cheveuxlongs #dbzjem’enlasseraijamais

Mais il faut tout de même avouer qu’une fille, malgré la maladie, reste en général active et ne se laisse pas aller (je vois déjà le sourire de toutes les filles qui lisent ce texte et qui se disent « enfin on le reconnaît »…), ce qui, chez les gars, est un peu moins vérifiable #voirpasdutout.

Je suis un gars mais il faut avouer que lorsque nous sommes malades, c’est un peu la fin du monde, un remix entre Dr House et Titanic (enfin surtout la scène de fin quand il tombe dans l’eau)…
Chaque minute se veut un supplice, on a l’impression que nos forces nous abandonnent (donc on reste allongé), l’air nous manque (on est bouchés du nez), la température nous fait divaguer (on a pris un degré), à peine la force de boire notre médicament dilué dans l’eau (parce que tout simplement c’est pas bon), on ne sait pas si on tiendra jusqu’au lendemain tellement la douleur est insoutenable (on a juste un gros rhume)…



Un garçon dans toute sa splendeur, on a toujours tendance à croire que notre maladie est intense et qu’on lutte pour survivre … 

On n’est plus capable de rien faire hormis peut-être rester devant la télé avec une couverture, des pépitos, une bouteille de coca et quelques kinder bueno pour nous redonner le sourire et nous aider à combattre ce terrible mal qui nous habite…

Le jardin devra attendre, on ne pourra s’acquitter des tâches ménagères durant quelques jours voir quelques semaines le temps d’aller vraiment mieux ; pour les couples qui ont des enfants, madame devra s’occuper d’eux car même si monsieur voudrait passer du temps avec eux, il pense avant tout à sa santé et ne voudrait pas les contaminer #quec’estbeaul’amour.

 De l’abus non, juste la maladie qui nous épuise…

Mais il y a une chose qui m’a toujours fait rire lorsqu’un homme est malade, un phénomène  hors du commun  qui fait que lorsqu’on tombe malade… on retombe aussi en enfance …
Je ne parle pas du fait que l’on regarde des dessins animés #jadorejayceetlesconquérantsdelalumièreetj’assume, je parle du fait qu’on a besoin d’être couvé par sa maman … et comme votre maman habite plus avec nous …on transfère ça sur notre petite amie ou notre copine du moment #tropdechance



Et je pense que c’est à ce moment que l’on peut gagner l’oscar du meilleur acteur dans la catégorie tragédie… car notre performance se veut digne des plus grands …

On se sent pas bien, on gémit, on se tord dans tous les sens, on a chaud, on a froid, on a chaud, on a froid, on a faim, on a mal, on veut une couverture, on n’en veut plus, on se bat contre la douleur (pas longtemps)… c’est dur mais on résiste.

Et je ne vous parle même pas du visage qui exprime toute la détresse du monde face à ce rhume qui paralyse tout son corps … #aucasoùtusaispasquejesuispasbienregardesurmonvisage



Alors après ces faits je ne peux qu’avouer, messieurs, que ces dames maîtrisent la maladie mieux que nous…

Et il est vrai qu’on en fait peut-être un peu trop lorsqu’on est malade mais il faut dire que juste pour l’attention, la tranquillité et les pépitos, ça vaut le coup … #pounchline

The following two tabs change content below.

Chronique

Ex jeune célibataire... oh grand plaisir de ma mère L'amour n'en reste pas moins mon sujet de prédilection... Un sujet drôle, intense et complexe souvent teinté de passion Offrant des fous rires , occupant souvent nos pensées et laissant place à de nombreuses réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.